Estimer le prix d’un bien à vendre

publié le

Évaluer le prix de sa maison peut se révéler un exercice particulièrement ardu. Le jeu de la négociation est ouverte entre vendeur et acheteur : pour le premier, l’éternel objectif consistera à céder son bien au prix fort et pour le second, de ne pas le payer trop cher. Aujourd’hui, les valeurs sont en baisse et les acheteurs ont la main. Aussi, pour vendre, il faudra fixer un « juste prix » cohérent avec le marché local. Les personnes qui souhaitent vendre leur maison ont une tendance naturelle à la surévaluer en pensant aux travaux déjà effectués, à leurs propres pouvoirs d’achat, et au souhait de réaliser un bénéfice. Mais pour pouvoir évaluer son bien en toute objectivité, il est préférable d’étudier plusieurs critères d’appréciation ou encore de faire appel à une tierce personne qui saura estimer la valeur marchande de la maison.

LES CRITÈRES À CONSIDÉRER DANS L’ESTIMATION

La situation géographique
L’emplacement constitue la règle de base en immobilier. Le quartier est-il calme ? Le secteur est-il prisé ? Est-ce qu’il y a des commodités à proximité ? Une maison ou un appartement dans un secteur recherché et attractif sera forcément plus cher qu’un bien plus isolé à la campagne. Enfin, la valorisation tient aussi compte de l’environnement de proximité, des atouts (parcs, jardin, rue piétonne, etc.) et des éventuelles nuisances (aéroport, voie passante, autoroutes, usines, ateliers, etc.

La taille du terrain et la surface habitable
Le prix au m² sera d’autant plus élevé que le terrain convoité se situe dans une zone urbaine où les terrains constructibles sont rares. C’est la loi de l’offre et de la demande et naturellement, plus le terrain et la surface habitable sont grands, plus élevé en sera le prix de vente.

L’état et la fonctionnalité de la maison
Outre l’état général de l’intérieur et des équipements (électriques, sanitaires, etc.), une longue liste de petits « détails » viennent moduler le prix : un étage plus ou moins élevé, l’exposition, le plan de l’appartement, la présence ou pas d’un balcon ou d’une terrasse, la vue, l’existence ou non d’annexes (chambre de bonne, local dans la cour, cave, etc.).

Le niveau de confort
Une distribution rationnelle, adaptée aux conforts de la vie actuelle (cuisine proche du salon, chambres sur cours, etc.) sera toujours mieux valorisée qu’un appartement « biscornu », avec de la place perdue, de longs couloirs ou des recoins.

L’entretien qui a été fait au fil des années
Un appartement ou une maison avec des installations des années 70 sera toujours évalué moins cher que le même refait à neuf avec les critères de confort actuels. Le coût des travaux sera partiellement ou totalement ajouté ou déduit du prix de base. Ensuite, tout va dépendre des envies des acheteurs. Certains ne seront pas rebutés par les travaux quitte à tout refaire (eux-mêmes ou par des entreprises). D’autres préféreront arriver et poser leurs valises.

L’année de construction
La date de construction a une influence sur l’apparence du bien et sur son cachet. De manière générale, une maison ou un immeuble neuf se vendra plus cher qu’un bien ancien. Selon les statistiques, l’estimation d’un bien immobilier construit après les années 80 est 5 % à 10 % plus chère à celle d’un logement antérieur à 1980.

Pour vous aider dans votre évaluation, il est recommandé dans un premier temps de regarder les petites annonces de biens en vente dans le journal ou sur des sites Internet comme www.lexpressproperty.com. Cela vous aidera à cerner les prix du marché dans votre région. Ensuite, le mieux est de demander à deux ou trois agents immobiliers de venir faire une estimation sur place, où chaque visite vous donnera une fourchette de prix. Si vous n’êtes pas satisfait(e) de cette valeur en raison de la sous-évaluation du prix de votre bien, vous pouvez toujours avoir recours aux services d’un expert immobilier.

  1. Les différents types de biens à acheter
  2. L’achat d’un bien immobilier en 5 étapes
  3. Estimer le prix d’un bien à vendre
  4. Nos conseils pour bien acheter
  5. Le rôle du notaire lors de l’achat
  6. Obtenir un crédit immobilier à l’Ile Maurice : les conditions applicables
  7. La vente de mon bien immobilier : pas sans un agent !

A lire egalement dans la rubrique : Se loger

Nos dossiers

Acheter à l’Ile Maurice

Acheter un bien immobilier représente l’investissement de toute une vie, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de l’acquisition d’une maison. Il faut (...)

Louer : Locataires

La location immobilière est un marché qui prend de l’ampleur. La demande grandissante pour les maisons, appartements, studios et villas à l’Ile (...)

Louer : Propriétaires

Propriétaire, vous cherchez à louer un bien immobilier ? Nous vous guidons dans toutes les démarches ! La location permet en effet de bénéficier de (...)

Faire construire

Choisir son terrain, élaborer un plan de construction, faire application pour un permis de construction, choisir ses matériaux, entamer les (...)

Aides au logement à l’île Maurice : la NHDC Ltd

Créée en 1991, la National Housing Development Co. Ltd est une organisation étatique ayant pour mission la construction de logements décents pour (...)

Déménager à l’ile Maurice

Vous avez décidé de vous installer à l’île Maurice, obtenu tous vos permis et il est temps de songer sérieusement à votre déménagement. Dans bien des (...)