Maurice n’est plus sur la liste grise du GAFI

publié le

La bonne nouvelle est arrivée comme un véritable ouf de soulagement pour les Mauriciens. Le ministère des Services Financiers et de la Bonne Gouvernance l’a annoncé au début du mois d’octobre : Maurice sort de la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI).

C’était en février 2020 que le GAFI avait relevé cinq déficiences stratégiques dans la capacité de Maurice à traquer et enquêter sur les transactions suspicieuses transitant par son secteur offshore. Maurice figurait alors sur sa liste des juridictions sous surveillance accrue, c’est-à-dire sa liste grise.

Depuis, le gouvernement et le secteur privé ont travaillé de concert pour répondre aux exigences du GAFI. Par ailleurs, une délégation du GAFI était présente à Maurice, du 13 au 15 septembre 2021, pour un état des lieux sur l’avancement de la mise en conformité.

« Ce développement intervient grâce au travail assidu et à la détermination des autorités, qui ont reconnu qu’il fallait effectuer des changements », a mentionné Marcus Pleyer, président du GAFI.

Les progrès les plus notables pour l’île, selon lui, portent sur l’amélioration de la capacité d’enquête des autorités, une meilleure coopération entre agences locales et internationales ainsi que davantage de poursuites en matière de blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LCB/FT).

« L’île Maurice a renforcé l’efficacité de son régime et a remédié aux défaillances techniques correspondantes, afin de respecter les engagements de son plan d’action concernant les défaillances stratégiques identifiées par le GAFI en février 2020 », précise-t-il.

Ayant appliqué ces instructions avec brio et grâce à l’étroite collaboration avec ces organismes internationales, l’île Maurice peut célébrer sa sortie de la liste grise, avec
quelques mois d’avance sur l’échéance de 2022.